Ce soir c'est vélo, pour le foot on attendra demain !

10 avril 2016 - 21:26

Le Bison finit 10ème de PARIS-ROUBAIX

Il l'aime cette course, il l'a dit , il l'a répété et cet après-midi; il l'a bien montré.

Bravo Adri, les Habarcquois ont très fiers de toi !

 

Adrien Petit, dixième de Paris-Roubaix : «J'étais bourré de crampes »   Dixième à «domicile», Adrien Petit (Direct Energie) s'est fait violence pour s'offrir le sprint pour cette place d'honneur devant le champion du monde Peter Sagan.           Adrien Petit en pleine récupération à l'arrivée de Paris-Roubaix.  (F. Mons/L'Equipe)

Adrien Petit en pleine récupération à l'arrivée de Paris-Roubaix. (F. Mons/L'Equipe)

Sprinter face à Peter Sagan au vélodrome de Roubaix : «Je me suis refait la scène plusieurs fois hier soir dans mon lit», a reconnu Adrien Petit, en reprenant ses esprits à la fin de la classique du Nord dimanche après-midi. Le coureur de Direct Energie rêvait sûrement d’une plus belle place mais il a réussi à prendre de vitesse Peter Sagan pour s’offrir la 10e place. «Je me suis battu pour faire une place. C’est tellement mythique. J’étais bourré de crampes dans le dernier faux-plat à Hem et quand tu arrives sur le vélodrome, tu te transcendes.»  

«La pause-pipi, on ne l'a pas eue»

Dès sa descente du vélo, il s’est allongé pour soulager ses muscles harassés par les secteurs pavés et la nervosité de la course : «Sans la pluie, c’était limite plus dangereux parce que c’était des pavés secs dans l’ensemble : on roulait pleine bille et d’un coup on arrivait sur des pavés mouillés. C’est là que les mecs surpris touchaient aux freins et chutaient. Quand Cancellara tombe, c’était le cas. C’est plus piégeux qu’un pavé clairement mouillé. En plus, la moyenne était hallucinante : en début de course, on ne descendait pas en dessous de 50 km/h. La pause-pipi, on ne l’a pas eue aujourd’hui. »     Le classement de la course       Jamais à l’avant de la course, le vice-champion du monde espoirs 2011 a serré les dents toute la journée pour remonter les groupes éparpillés : «Vu mes sensations au Tour des Flandres, j’avais envie de bien faire sur cette course. J’ai subi une chute avant Haveluy et Arenberg. Je suis revenu dans le peloton Sagan- Cancellara et j’ai laissé beaucoup de cartouches à ce moment. Ensuite, j’ai essayé de toujours rester bien concentré, bien placé mais pfff. Quand Cancellara a accéléré dans Orchies, j’étais à bloc. Pour suivre, j’étais un peu à contre-temps mais je me suis battu. Au vélodrome, je marchais sur le jus qu’il restait. C’est la course qui me fait le plus rêver. Je suis à la maison : c’est impressionnant d’être aussi encouragé.»   Article extrait L'EQUIPE.FR du 10/04/2016

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Président
  • 5 Dirigeants
  • 1 Entraîneur
  • 40 Joueurs
  • 24 Supporters